Élections américainesIran

Le régime iranien vise à assassiner Mike Pompeo et John Bolton

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a déclaré aujourd’hui (jeudi) que Washington ne tolérerait pas les menaces de violence proférées contre les Américains. Il a ajouté que les conséquences de cette affaire seraient désastreuses.

Une source proche de l’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé que le département américain de la Justice avait informé ce dernier qu’il était également l’une des cibles, après la révélation d’un complot iranien visant à assassiner l’ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton.

La source a indiqué que le ministère américain de la Justice l’avait confirmé directement à Pompeo, selon les informations rapportées par le site Web Axios. La source a précisé que l’Iran avait payé un million de dollars pour assassiner l’ancien ministre américain.

Il convient de préciser que le ministère américain de la Justice a révélé plus tôt un complot iranien visant à assassiner John Bolton et a annoncé l’inculpation du responsable de la “Garde de la révolution” Shahram Poursafi, 45 ans, également connu sous le nom de Mehdi Rezaei, qui a proposé de payer la somme de 300 000 dollars à des individus aux États-Unis pour assassiner John Bolton, très probablement en réponse au meurtre du commandant de la Force Qods, Qassem Soleimani, en janvier 2020 par Washington.

Selon la plainte pénale, Poursafi a demandé à un résident américain identifié uniquement comme “Individu A” de photographier Bolton pour les besoins d’un livre à venir. L’individu A a ensuite présenté Poursafi à un informateur secret du gouvernement qui pourrait prendre ces photos contre une somme d’argent.

Les enquêteurs ont déclaré que le mois suivant, Poursafi a contacté l’informateur par le biais d’une application de messagerie cryptée et lui a proposé 250 000 dollars pour qu’il engage quelqu’un pour “éliminer” Bolton – un montant qui a ensuite été négocié et porté à 300 000 dollars.

Lorsque l’informateur a demandé à Poursafi d’être plus précis dans sa requête, il a dit qu’il voulait que “le gars” soit éliminé et a fourni le nom et le prénom de Bolton, selon une déclaration sous serment appuyant la plainte.

Il a ensuite demandé à l’informateur d’ouvrir un compte de crypto-monnaie pour faciliter le paiement.

Dans des changes ultérieures, il aurait indiqué à l’informateur que la manière dont le meurtre était réalisé importait peu, mais que son “groupe” exigerait une vidéo comme preuve.

Le secrétaire d’État de l’ère Trump, Mike Pompeo, était la deuxième cible, selon Morgan Ortagus, qui a été porte-parole du département d’État pendant son mandat. Le ministère de la Justice n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat.

L’Iran n’a pas de traité d’extradition avec les États-Unis, et Poursafi reste en liberté. Le FBI a publié mercredi un avis de recherche.

Aujourd’hui à l’aube, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a averti Téhéran des conséquences désastreuses d’une attaque contre les Américains ou les forces américaines présentes au Moyen-Orient. Il a ajouté que les États-Unis agiraient contre Téhéran et que le régime iranien risquerait de faire face à de graves conséquences.

“L’Iran fera face à de graves répercussions si des attaques sont menées contre nos citoyens, y compris ceux qui travaillaient auparavant dans l’administration ou ceux qui y travaillent encore”, a-t-il déclaré.

Cependant, Washington ne pense pas que les accusations devraient affecter les négociations avec Téhéran sur la relance de l’accord nucléaire de 2015 en vertu duquel l’Iran a limité son programme nucléaire en échange d’un allègement des sanctions, a déclaré un responsable américain sous couvert d’anonymat.

De son côté, Téhéran a condamné la décision des États-Unis.

“L’Iran met fermement en garde contre toute action visant des citoyens iraniens sous le prétexte de ces accusations ridicules et sans fondement”, a déclaré Nasser Kanaani, le porte-parole du ministère des affaires étrangères.

Les pourparlers indirects entre les États-Unis et l’Iran se sont achevés lundi à Vienne, les responsables de l’Union européenne ayant déclaré avoir présenté un texte final pour ressusciter l’accord nucléaire, que Trump a abandonné en 2018.

Selon CNN, de nombreux responsables américains, anciens et actuels, bénéficient d’une sécurité renforcée en raison des menaces iraniennes.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button