MondeRegions

Raid israélien en Cisjordanie et meurtre d’un chef de guerre du Fatah

Deux Palestiniens ont été tués et plus de 30 autres ont été blessés sous les balles de l’armée israélienne après la prise d’assaut de la ville de Naplouse en Cisjordanie occupée mardi, deux jours après la trêve de l’opération militaire sanglante à Gaza.

Mardi, l’armée israélienne a annoncé avoir tué le haut dirigeant du mouvement Fatah, Ibrahim al-Nabulsi.

Nabulsi, l’un des hommes les plus recherchés par l’armée israélienne dans le nord de la ville de Cisjordanie, a été abattu lors d’échanges de tirs avec des soldats israéliens au cœur de la vieille ville de Naplouse.

Les militaires israéliens lui auraient demandé de se rendre mais il a refusé. Il a envoyé un message audio à ses compatriotes disant : « Je vais mourir comme un martyre, n’abandonnez pas les armes ».

Le jeune homme de 24 ans a été déclaré mort plus tard à l’hôpital Rafidia, ainsi que Islam Sobhi et Hussain Jamal Taha, ce qui porte à 129 le nombre de Palestiniens tués par les forces israéliennes en 2022, dont au moins 34 enfants, selon le ministère palestinien de la santé.

Ibrahim al-Nabulsi est né à Naplouse et venait d’une famille connue. Son père était un officier de la sécurité au sein de l’Autorité Palestinienne. L’armée israélienne a tenté de le tuer plus d’une fois, mais il a réussi à s’échapper à deux reprises au milieu de violents affrontements qui ont tué 5 de ses proches camarades. Son nom a été révélé ces derniers mois. A l’enterrement de ses amis, il s’est mis à tirer avec son arme en jurant de les venger.  Depuis lors, Nabulsi est devenu une icône de la résistance palestinienne.

L’armée a déclaré dans un tweet qu’elle soupçonnait Nabulsi d’être impliqué dans « plusieurs attentats par balles contre les civils et les soldats à l’intérieur et autour de Naplouse, dont des attaques armées sur le site du tombeau de Joseph ».

Elle a ajouté : « Les combattants de l’armée ont ouvert le feu sur une maison et ont utilisé des moyens spéciaux, notamment des missiles lancés par l’épaule. Nabulsi et un autre homme armé qui résidait dans la maison ont été tués. »

Les responsables israéliens se sont vantés d’avoir abattu Ibrahim al-Nabulsi après l’opération dirigée par le commandant de la brigade Shomron, Roy Zweig, qui a lui-même été touché par les balles de Nabulsi lors d’une opération qu’il a menée dans la zone du tombeau de Joseph il y a quelques semaines.

La présidence palestinienne, le mouvement Fatah et le reste des factions palestiniennes ont pleuré la mort de Nabulsi, et les Palestiniens ont assisté à des funérailles solennelles organisées par sa mère.

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré : « Nos équipes ont traité 30 blessés dans la vieille ville de Naplouse, dont 4 dans un état grave avec des balles réelles. » La plupart des blessures des membres inférieurs ont été décrites comme légères.

Des individus ont témoigné du déploiement de dizaines de véhicules militaires et de tirs abondants dans la vieille ville de Naplouse, où l’armée israélienne a encerclé une maison.

Les témoins ont confirmé qu'”une importante force de l’armée israélienne a pris d’assaut la vieille ville. Et maintenant vous entendez le bruit d’un échange de tirs, et l’opération se poursuit », ont-ils indiqué.

Des affrontements par jets de pierres ont éclaté avec l’armée israélienne dans d’autres endroits de Naplouse, la deuxième plus grande ville de Cisjordanie.

Les forces de sécurité israéliennes ont mené des opérations presque quotidiennes en Cisjordanie ces derniers mois, avec une concentration spécifique sur les membres du Jihad islamique.

Vendredi, Israël a lancé ce qu’il appelle une frappe « préemptive », avec des bombardements aériens et d’artillerie sur des sites du Jihad islamique dans la bande de Gaza, conduisant les militants de l’enclave à riposter en tirant plus de 1 000 missiles, selon l’armée.

Un cessez-le-feu négocié par l’Égypte a mis fin à trois jours d’intenses combats qui ont fait 44 victimes, dont 15 enfants, et blessé plus de 360 Palestiniens, selon le ministère de la Santé de Gaza.

Israël insiste sur le fait que certains des civils abattus, dont les enfants, ont été tués par des roquettes du Jihad islamique qui ont échoué ou manqué leur cible.

Plus de 50 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie depuis fin mars, dont des individus présumés armés et des non-combattants. Parmi ces victimes, figure la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abou Aqla, qui couvrait un raid israélien à Jénine.

Au cours de la même période, 19 personnes, pour la plupart des civils israéliens, ont été tuées à l’intérieur d’Israël, la plupart lors d’attaques palestiniennes.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button