Analyse politiqueLes Frères musulmansMonde

L’État islamique revendique un attentat au Mozambique

Le service de surveillance des sites internet pro-islamistes “Site” ont déclaré hier 29 mars, que les attaques de ces derniers jours contre la ville de Palma, dans le nord du Mozambique, ont été perpétrés par l’organisation Etat islamique. Le service a confirmé que les victimes de nationalité étrangères qui ont succombées à leurs blessures étaient des sous-traitants. L’information a été confirmée par le journaliste expert des mouvements terroristes islamistes à France 24, Wassim Nasr.

L’un des sites appartenant a l’Etat islamique a publié un communiqué sur l’application “Telegram” dans lequel il a déclaré avoir attaqué “des casernes militaires et des quartiers généraux du gouvernement”, et avoir “pris le contrôle de la ville”. Le communiqué a également annoncé la mort de dizaines de militaires “de l’armée mozambicaine et de chrétiens, dont des ressortissants d’États croisés”, référence aux pays occidentaux.

Palma est une ville portuaire hautement stratégique du Mozambique, située à proximité de nombreux projets gaziers estimés à 60 milliards de dollars (près de 51 millions d’euros). Cette région qui détient d’énormes gisements de gaz attire la convoitise. Depuis octobre 2017, les militants de l’EI ciblent les communautés pauvres et isolées d’une province riche en gisements de gaz.

L’attaque lancée le 24 mars par Al-Sunnah Wa Jamo (ASWJ) ou “Al-Shebab”, l’une des branches africaines affilées à l’Etat islamique, a entrainé plusieurs dizaines de morts, dont un ressortissant sud africain et un citoyen britannique, selon le journal le Times.

Les ONG et les Nations-Unies mobilisent actuellement leurs efforts pour venir en aide aux habitants de Palma qui ont déserté leur ville par milliers depuis qu’elle est tombée entre les mains des groupes djihadistes armés.

C’est vers les plages et les forêts voisines que les milers de citoyens qui ont fui leur ville ont trouvé refuge, mais la majorité d’entre eux s’est dirigée vers le site gazier administré par Total, situé à seulement 10 km de la ville de Palma. Après la découverte d’importantes quantités de gaz naturel au large des côtes nord du pays, Total a investi 20 milliards de dollars dans le mégaprojet depuis 2010, au côté d’autres investisseurs comme l’italien ENI et l’américain Exxon Mobil. Un projet destiné à booster l’économie du Mozambique et en faire une puissance gazière mondiale après le Qatar, l’Iran et la Russie.

Entre 6000 et 10 000 civils se sont réfugiés à l’intérieur du site gazier ou ont en fait la demande, selon une source participant aux opérations d’évacuation, ce qui rend l’opération compliquée à mener sur le chantier, car les travaux de construction du site prévus jusqu’en 2024 se sont arrêtés il y a de cela plusieurs mois.

Toutefois, de nombreuses agences affiliées à l’ONU se sont réunies pour synchroniser leurs actions et organiser le transport des réfugiés vers des zones plus sécurisées.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button