MondeSport

La Coupe du monde de la FIFA : un évènement politisé depuis 1930

Depuis sa première édition en 1930, la Coupe du monde de la FIFA n’a cessé d’être exploitée à des fins politiques. Voici quelques-uns des exemples les plus marquants illustrant la politisation de l’évènement sportif le plus suivi au monde.

1938 : Italie-France

En 1938, la France a accueilli la troisième édition de la Coupe du monde en pleine poussée épidémique et dans un contexte géopolitique très tendu. Le 12 juin, elle a affronté l’Italie en quart de finale au stade olympique Yves-du-Manoir à Colombes, en région parisienne. L’Italie a remporté le match avec 3 buts.  

Pendant le match, les Italiens ont porté des chemises semblables à celles des miliciens volontaires de Mussolini, communément appelés « les Chemises noires », et ont adressé un salut fasciste à 60 000 spectateurs. Le public a réagi en huant l’hymne national italien.

Pour Mussolini, le football était un moyen de montrer la suprématie de l’idéologie fasciste. Cette année-là, l’équipe italienne a remporté son deuxième titre historique consécutif.

1974 : Les deux Allemagnes

Le 22 juin, en pleine guerre froide, les deux peuples ennemis de l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest se sont affrontés à Hambourg, dans la partie ouest du pays, au stade Volksparkstadion. Les deux pays avaient toutefois entamé un processus de normalisation et signé un traité de reconnaissance mutuelle en 1972, la tension attendue n’était donc pas très présente sur le terrain.

Aucun trouble n’a été relevé durant le match que l’Allemagne de l’Est a gagné avec un but marqué par Jürgen Sbarwasser dans le dernier quart d’heure.

En dépit de cette défaite, l’Allemagne de l’Ouest est restée dans la course et a remporté le championnat qu’elle a organisée, et qui représentait son deuxième titre de Coupe du monde.

1986 : Argentine-Angleterre

Le 22 juin, l’Argentine et l’Angleterre se sont affrontées en quart de finale de la Coupe du monde à Mexico, quatre ans après la guerre des îles Malouines, qui avait tué 649 Argentins et 255 Britanniques.

La tension était palpable entre les deux équipes, dont les pays ont rompu les relations diplomatiques en 1982.

Les supporters argentins ont brandi des banderoles indiquant “Les îles Falkland sont argentines” et ont entonné des chants nationalistes appelant à “tuer les Anglais”. Des heurts en éclaté entre les deux camps, faisant des dizaines de blessés.

L’Argentine a remporté le match grâce à deux buts légendaires de Diego Maradona : la “Main de Dieu” et le “But du siècle”.

“Il s’agissait d’une finale pour nous, a déclaré plus tard la star du football. “Il ne s’agissait pas de gagner un match, il s’agissait d’éliminer les Anglais”, a-t-il avoué.

1998 : Iran-États-Unis

En 1998, pour sa deuxième participation à la Coupe du monde, l’Iran s’est retrouvé dans le groupe de son ennemi de toujours, les États-Unis. Les deux équipes se sont retrouvées sur le terrain le 21 juin dans la ville française de Lyon.

Les relations diplomatiques entre les deux pays ont été rompues à la suite de la prise d’otages qui a eu lieu à l’ambassade des États-Unis à Téhéran, après la victoire de la révolution islamique en 1979.

Contre toute attente, à l’ouverture du match, les joueurs américains ont serré la main de leurs adversaires iraniens et leur ont offert des souvenirs. Les Iraniens ont répondu en offrant des bouquets de roses blanches, et les deux équipes ont pris une photo ensemble.

Les Iraniens se sont imposés avec 2 buts contre 1, enregistrant leur première victoire en Coupe du monde.

2018 : Suisse-Serbie

Le 22 juin à Kaliningrad, la Serbie a affronté la Suisse, qui comptait de nombreux joueurs d’origine kosovare.

Le Kosovo est une ancienne province de Serbie habitée principalement par des Albanais. Après dix ans d’un conflit qui s’est soldé par l’implosion de l’ex-Yougoslavie, le Kosovo a déclaré son indépendance en 2008. Cependant, la non reconnaissance de cette indépendance par la Serbie a exacerbé les tensions entre Belgrade et Pristina.

Les deux footballeurs suisses d’origine kosovare, Granit Xhaka, et Gerdan Shaqiri, ont chacun marqué un but, offrant à la Suisse une victoire 2-1 sur la Serbie.

Les deux joueurs ont célébré leurs buts en se mettant face aux supporters serbes et en croisant les mains sur la poitrine, dessinant les deux aigles de l’écusson d’art du drapeau albanais. Ce geste a suscité l’indignation de la presse serbe qui a dénoncé une “provocation honteuse”. La FIFA a sanctionné les deux joueurs en leur infligeant une amende de 8 660 € chacun.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button