Les Frères musulmansMonde

Face à la pression des Frères musulmans, l’Egypte lève les restrictions sanitaires dans les mosquées

En réponse aux critiques des Frères musulmans au sujet des restrictions imposées par les autorités dans les mosquées, le ministère égyptien des Dotations a décidé d’assouplir les mesures contre le Covid-19 en réouvrant toutes les mosquées du pays à pleine capacité, de la prière de l’aube jusqu’à celle du soir.

Le 6 mai, lors d’une conférence de presse au siège du ministère, le ministre des Dotations Muhammad Mukhtar Gomaa a annoncé plusieurs décisions, notamment la réouverture des mosquées de 9 heures du matin jusqu’à la prière du soir, la reprise des cours de charia et de récitation du Coran donnés dans les mosquées pour les hommes et les femmes, la réouverture du Centre culturel islamique et la place de la mosquée Imam Hussein tout au long de la journée.

La décision du ministère de rouvrir toutes les mosquées à pleine capacité est venue en réponse aux déclarations acerbes propagées sur les réseaux sociaux par les Frères musulmans au cours des 10 derniers jours du mois de Ramadan, période durant laquelle le ministère avait décidé de suspendre les prières Tahajjud et Itikaf dans les mosquées pour limiter la circulation du coronavirus.

Le ministère s’est vu contraint de faire une concession pour calmer l’opinion publique en autorisant l’exécution des prières de Tahajjud de la 27ème jusqu’à la dernière nuit du Ramadan, soit pendant seulement trois jours. Ce geste n’a pas non plus été bien accueilli par les partisans des Frères musulmans qui ont poursuivi leur campagne de critiques à l’encontre du ministère.

Le 26 avril, Ahmed Karima, prêcheur à la mosquée Al-Azhar et professeur de jurisprudence comparée à l’Université Al-Azhar, a défendu à la télévision la décision du ministère d’interdire les prières nocturnes, soulignant qu’il est du ressort du ministère des Dotations d’organiser les affaires des mosquées, et que celui-ci ne fait qu’exécuter les instructions du Cabinet concernant la gestion des crises, y compris ce qui relève des mesures sanitaires.

Selon Muhammad Mukhtar Gomaa, le ministère a pris la décision de rouvrir les mosquées après la dernière réunion du Comité de gestion de la crise épidémiologique du Cabinet, qui a eu lieu avant le mois de Ramadan pour discuter des nouvelles possibilités de réouverture des espaces publics.

Le ministre a déclaré lors de sa conférence de presse du 6 mai, que le comité avait exprimé des inquiétudes au sujet de l’ouverture des mosquées à pleine capacité pendant le mois de Ramadan. Le plan était cependant d’assouplir davantage les mesures dans le pays après le mois de jeûne, compte tenu de la récession du COVID-19, les mosquées allant être les premières à reprendre une activité normale.

“Ces décisions relèvent des directives du président Abdel Fattah al-Sissi, et de son intérêt à construire les maisons de Dieu et à fournir l’atmosphère spirituelle adéquat au peuple égyptien. Les décisions du ministère étaient dirigées par le Cabinet, qui les a rapidement approuvées”, a déclaré Gomaa.

Abdullah al-Naggar, membre de l’Académie islamique de recherche, un organisme affilié à la Fondation Al-Azhar, a déclaré que la décision de rouvrir les mosquées à pleine capacité reflète l’intérêt particulier de l’État égyptien pour les mosquées.

Il a déclaré au journal Al-Monitor que cette décision “fera taire tous les partisans sunnites des Frères musulmans terroristes qui répandent des rumeurs malveillantes selon lesquelles l’État restreint les fidèles”, ajoutant que le gouvernement fait de son mieux pour organiser les affaires des mosquées à tous les niveaux.

“Le président al-Sissi attache une grande importance à l’activité du prêche dans les mosquées, et la décision [du ministère] devrait rassurer davantage le peuple égyptien par rapport à la diminution significative du nombre d’infections”, a estimé Abdullah al-Naggar.

Oussama al-Hadidi, directeur exécutif du Centre international Al-Azhar pour les fatwas en ligne, a salué la décision du ministère des Dotations, déclarant qu’il s’agit d’une preuve supplémentaire de la baisse du nombre d’infections en Égypte. Il a exprimé son souhait de voir la vie revenir pleinement à la normale dans le monde entier.

“Cette décision sert tout le peuple égyptien et prouve au monde que l’Égypte est à l’abri des dangers du virus. L’ouverture des mosquées à pleine capacité est en outre justifiée par le faible taux de contamination, ce qui est de bon augure pour le pays et présage un retour complet à la vie normale”, a déclaré Hadidi à Al-Monitor.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button