Monde

Liban : Des citoyens armés prennent d’assaut quatre banques pour récupérer leur propre argent

Des citoyens indignés, dont au moins deux étaient armés, ont pris d’assaut ce mardi quatre banques commerciales à travers le Liban en raison des plafonds de retrait imposés à la plupart des clients dans le contexte de l’effondrement économique et financier du pays.

Le phénomène des braquages de banques s’est répandu dans tout le pays, ou la population est de plus en plus exaspérée par les contrôles des capitaux que les banques exercent depuis le début de la récession économique en 2019.

Mardi matin, un Libanais armé d’un pistolet et d’une grenade est entré dans la succursale Chtaura de la BLC Bank, exigeant d’avoir accès à ses 24 000 dollars d’économies, selon Depositors’ Outcry, un groupe qui fait campagne pour les déposants en colère.

Dans un communiqué, le groupe a déclaré à Reuters que l’homme, identifié comme étant Ali al-Saheli, était lui-même très endetté et devait également envoyer de l’argent à son fils, qui poursuit ses études en Ukraine.

“Il avait essayé de vendre son rein”, indique le communiqué.

Les forces de sécurité sont entrées dans la banque et ont arrêté Ali al-Saheli avant qu’il ne puisse avoir accès à son argent, a déploré le groupe.

BLC n’a pas répondu à la demande de commentaire de Reuters.

Toujours ce mardi, un groupe de personnes employées dans une centrale électrique publique dans le nord du Liban a pris d’assaut la succursale de la First National Bank dans la ville portuaire de Tripoli, selon des témoins.

Ils étaient en colère en raison des retards dans la disponibilité de leurs salaires et des frais qu’ils doivent payer pour réaliser une opération de retrait, a déclaré Talal Hajer, leur représentant syndical, depuis l’extérieur de la banque.

Dans un troisième incident, un autre déposant armé a pris des personnes en otage à la Byblos Bank dans la ville de Tyr, dans le sud du pays, selon l’Association des déposants, un autre groupe de défense.

Il a déclaré qu’il portait une arme et qu’il exigeait d’avoir accès à ses économies dont le montant s’élève à 44 000 dollars.

Après des négociations avec la banque, il a accepté de récupérer la somme de 350 millions de livres libanaises en espèces – soit près de 9 000 dollars au taux du marché d’aujourd’hui – qu’il a remise à un proche avant d’être placé en garde à vue, a indiqué l’Association des déposants.

La Byblos Bank n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat.

Un quatrième déposant a organisé un sit-in à l’IBL Bank à Hazmieh, dans la banlieue de Beyrouth, déclarant qu’il ne partirait pas tant qu’il n’aurait pas un accès illimité à son compte, selon Depositors’ Outcry. Il n’a pas été précisé s’il était armé.

Le mois dernier, une série de sept braquages en une seule semaine a contraint l’association bancaire à annoncer une fermeture d’environ une semaine.

Cinq incidents ont déjà ébranlé les banques libanaises cette semaine. Lundi, le déposant libanais Zaher Khawaja et quelques autres ont réussi à retirer 11 750 dollars d’un compte contenant plus de 700 000 dollars à la succursale Haret Hreik de la BLOM Bank.

La BLOM a déclaré qu’il n’était pas armé et qu’elle allait enquêter sur l’incident.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button