Iran

“Anonymous” s’en prend aux sites gouvernementaux iraniens en signe de solidarité avec les manifestations en cours

En solidarité avec les manifestations populaires qui font suite à la mort de Mahsa Amini après son arrestation par la « police des mœurs » iranienne, le groupe de hackers informatique le plus célèbre au monde connu sous le nom de « Anonymous » a annoncé avoir dirigé des attaques informatiques contre les sites Web du gouvernement iranien.

Via son compte Twitter, le groupe a déclaré avoir lancé « l’opération iranienne », qui a perturbé de nombreux sites Web du régime, en signe de protestation contre le meurtre de la jeune femme.

Parmi les sites qui, selon le groupe, ont fait l’objet de cyberattaques majeures, figurent le site du ministère iranien des communications et des technologies de l’information, le site de l’Autorité des affaires fiscales, le site de l’Organisation iranienne des technologies de l’information et le site du ministère de l’Industrie, des Mines et du Commerce.

Dans le cadre de cette cyberattaque, les pirates ont ciblé la base d’informations du gouvernement, la Banque centrale, la médecine légale, le ministère de l’Orientation et le site officiel de la radio et de la télévision d’État iraniennes.

Depuis le début de la nouvelle vague de protestations déclenchée par la mort de Mahsa Amini, des hackers ont également annoncé le piratage des versions persane et anglaise du site Web du guide suprême iranien Ali Khamenei, et bien que certains sites gouvernementaux soient à nouveau fonctionnels, celui du guide est toujours indisponible.

Par ailleurs, des militants et des opposants iraniens ont signalé la perturbation ces derniers jours de sites appartenant au gouvernement iranien, notamment celui du porte-parole du gouvernement et ceux affiliés aux médias officiels.

Cela s’ajoute au piratage de plus d’un millier de caméras de vidéosurveillance en Iran, car plusieurs rapports ont indiqué que les forces de sécurité iraniennes utilisent les images extraites des systèmes de vidéosurveillance dans différentes villes du pays pour identifier et arrêter les manifestants.

Parallèlement à la fréquence et à l’intensité galopante des manifestations en Iran, “Anonymous” a également réussi à pirater le site Web du parlement iranien, dans le cadre de ses attaques contre les plateformes électroniques du régime. Le groupe a publié dimanche 25 septembre un enregistrement vidéo montrant les numéros de téléphone portable de plusieurs députés, invitant les citoyens à les contacter. “Envoyez-leur des messages et demandez-leur pourquoi ils défendent le dictateur”, a écrit le groupe.

“Anonymous” se considère comme un défenseur du droit à la liberté d’expression, et s’en est déjà pris à plusieurs sites de grandes entreprises dont Sony, Amazon, Visa, et des sites gouvernementaux de plusieurs pays, dont la Russie, la Turquie, la Tunisie, le Canada et les États-Unis.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button