RegionsTurquie

Tentatives de rapprochement avec le gouvernement de Damas après les échecs de la politique turque en Syrie

Après avoir contribué pendant plus d’une dizaine d’années à compliquer la crise syrienne, à soutenir des mercenaires et à occuper le territoire, l’État d’occupation turc cherche désormais à normaliser ses relations avec le gouvernement de Damas.

Au cours d’un entretien avec ANHA, la directrice du Conseil démocratique syrien dans le centre d’Alep, Jihan Mohammed, a déclaré : “Si nous cherchons à séquencer les interventions de la Turquie pendant la crise syrienne, nous constatons qu’elle a utilisé tous les outils pour contrôler l’ensemble de la géographie syrienne, mais ces tentatives échouent à tous les coups.”

L’occupation turque a utilisé de nombreuses méthodes pour étendre son influence et poursuivre ses aspirations à rétablir le “Misak-ı Millî” (les six décisions prises par le dernier parlement Ottoman en 1920), mais ses politiques se sont retournées contre elle.

“Ses politiques (de la Turquie) se sont soldées par un échec, pour ensuite recourir à une nouvelle politique de rapprochement avec le gouvernement de Damas en vue d’une réconciliation, après l’avoir accusé de criminel et appelé à poursuivre les responsables du gouvernement en tant que criminels de guerre”, a poursuivi Jihan Mohammed.

Elle considère que le souhait de convergence entre l’État d’occupation turc et le gouvernement de Damas relève de nombreux facteurs, notamment l’échec de ses opérations militaires dans les régions du Nord et de l’Est de la Syrie du fait qu’il n’ait reçu aucun feu vert des grandes puissances, et son échec au sommet de Téhéran qui s’est tenu le 19 juillet dernier parallèlement au sommet de Sotchi au mois d’août dernier. “L’échec à tous les niveaux l’a obligé à modifier ses politiques pour commencer à travailler sur des déclarations appelant à la normalisation entre les mercenaires de l’armée d’occupation turque et le gouvernement de Damas.”

Jihan Mohammed a noté que la population des zones occupées a pris conscience de ces stratagèmes, et que les manifestations qui ont eu lieu pour dénoncer les déclarations turques illustrent la position du peuple concernant un rapprochement avec le gouvernement de Damas.

Elle a ajouté : “Le changement de la politique turque et la volonté de normalisation avec le gouvernement de Damas sous la médiation de la Russie, s’inscrivent dans le contexte de l’exploitation de la crise russo-ukrainienne et de la guerre qui a contribué à l’isolement de la Russie, et celle-ci considère qu’une proximité avec la Turquie peut la sauver du blocus.”

Jihan Mohammed a appelé le peuple syrien à ne pas se laisser entraîner derrière ces politiques destinées à cibler les zones du nord et de l’est de la Syrie sous prétexte de protéger la sécurité nationale turque. “Si le territoire syrien est envahi, cela provoquera une frappe sur l’unité du territoire syrien.”

Elle a également appelé le gouvernement de Damas à prêter attention à l’avenir de son peuple en créant l’environnement adéquat pour un dialogue syro-syrien, ainsi qu’à assumer la responsabilité de la géographie syrienne en renforçant l’unité du territoire et en éliminant les forces d’occupation.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button