Élections américainesMonde

Les talibans ont échangé un prisonnier américain contre l’un de leurs chefs, détenu à Guantanamo

Les talibans ont annoncé lundi la conclusion d’un accord destiné à échanger un prisonnier américain contre l’un de leurs dirigeants, emprisonné depuis des années à la prison de Guantanamo Bay, a rapporté aujourd’hui l’agence de presse turque Anadolu.

Amir Khan Muttaki, le ministre afghan des Affaires étrangères par intérim, a déclaré lors d’une conférence de presse à Kaboul que cet accord d’échange concernait l’Américain Mark Frits et l’Afghan Bashir Noorzai, selon l’Associated Press.

Muttaqi a salué l’accord, déclarant qu’il représentait “le début d’une nouvelle ère” dans les relations entre l’Afghanistan et les Etats-Unis, selon l’agence.

Avant la conférence de presse, les talibans ont publié une vidéo sur les réseaux sociaux montrant l’arrivée de Nourzai à l’aéroport de Kaboul, où il a été reçu par de hauts responsables talibans, dont Muttaqi.

Muttaqi a indiqué que le prisonnier américain est un ancien soldat de la marine enlevé en Afghanistan le 31 janvier 2020.

Le ministre afghan a estimé que ce développement “pourrait constituer un nouveau chapitre entre l’Afghanistan et les Etats-Unis, et pourrait ouvrir une nouvelle porte aux pourparlers entre les deux pays”.

“Cela montre que tous les problèmes peuvent être résolus par des pourparlers”, a poursuivi Muttaqi, remerciant les parties (anonymes) qui “ont travaillé dur” pour conclure l’accord.

Au cours de la conférence de presse, Nourzai a déclaré avoir passé 17 ans et 6 mois à Guantanamo, notant qu’il était “le dernier prisonnier taliban” dans cette prison américaine.

En début d’année, le prisonnier américain a été vu “pour la dernière fois” dans une vidéo publiée par le magazine américain “New Yorker”, implorant pour sa libération, selon l’agence.

L’agence a indiqué qu’il est probable que le prisonnier américain ait été capturé par le réseau Haqqani des talibans.

Elle a ajouté que les responsables américains des deux administrations présidentielles précédentes (qu’elle n’a pas citées) “avaient tenté en vain” de libérer le prisonnier.

Il n’y a pas eu de commentaire immédiat de Washington au sujet de cet accord d’échange.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button