Élections américainesIranMondeRegions

Téhéran de nouveau sanctionné par Washington pour avoir envoyé des drones à la Russie

Les États-Unis ont sanctionné une société iranienne impliquée dans l’expédition de drones vers la Russie, et trois autres sociétés qui fabriquent des drones pour le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et ses forces aériennes et navales.

La société Safiran Airport Services basée à Téhéran, a été accusée par les Etats-Unis de coordonner les vols militaires russes entre l’Iran et la Russie, dont les vols servant au transport de drones iraniens, de personnel et d’équipements iraniens connexes vers la Russie.

“Les informations indiquent également qu’après l’assemblage et les tests, les forces aérospatiales russes ont l’intention de déployer des drones iraniens aux côtés des drones russes dans leur guerre contre l’Ukraine”, a déclaré le département du Trésor américain.

Brian Nelson, le sous-secrétaire au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, a déclaré que les États-Unis étaient déterminés à appliquer les sanctions contre la Russie et l’Iran, et à demander des comptes à ceux qui soutiennent la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

“La Russie fait des choix de plus en plus désespérés pour poursuivre sa guerre non provoquée contre l’Ukraine, en particulier face à nos sanctions et à nos contrôles sans précédent des exportations”, a-t-il estimé.

Brian Nelson a prévenu que l’administration Biden n’hésiterait pas à cibler d’autres producteurs et acquéreurs qui soutiennent le programme de drones de l’Iran.

“Les entités non iraniennes et non russes doivent également faire preuve d’une grande prudence pour éviter de soutenir le développement des drones iraniens, leur transfert, ou la vente de tout équipement militaire à la Russie pour une utilisation contre l’Ukraine”, a-t-il averti.

Les trois autres sociétés concernées sont Paravar Pars Company, qui, selon les États-Unis, est étroitement associée à l’Université Imam Hossein contrôlée par le CGRI, Design and Manufacturing of Aircraft Engines (DAMA) et Baharestan Kish Company.

“Dans le passé, le CGRI ASF (la force aérospatiale du CGRI) a distribué à Paravar Pars Company des drones de fabrication américaine et israélienne, qui ont finalement été utilisés pour faire de l’ingénierie inverse et reproduire des modèles de drones fabriqués dans le pays”, a déclaré le département du Trésor.

La DAMA a participé à la recherche, au développement et à la production du programme des drones iraniens Shahed-171, qui appartient à l’armée de l’air du CGRI, selon le département du Trésor.

Le département du Trésor a accusé la DAMA d’être une société écran utilisée pour des “activités secrètes d’approvisionnement” pour le compte des industries iraniennes de fabrication d’avions (HESA), qui sont affiliées au ministère iranien de la défense et de la logistique des forces armées (MODAFL).

La Baharestan Kish Company et son directeur général, Rehmatollah Heidari, ont été désignés pour superviser divers projets liés à la défense, notamment la fabrication de drones iraniens.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button