Élections américaines

Le FBI a effectué une descente au domicile de Donald Trump à la recherche de documents sur les armes nucléaires

Des agents du FBI ont fait une descente dans la propriété de l’ancien président Donald Trump à Mar-a-Lago en Floride pour rechercher des documents classifiés, a déclaré jeudi le procureur général des États-Unis, Merrick Garland, qui a confirmé avoir personnellement signé le mandat.

La perquisition s’est concentrée sur au moins 10 boîtes de documents qui, selon les Archives nationales, ont été prises au mépris des lois relatives aux dossiers présidentiels.

Le Washington Post a rapporté que le FBI tentait de récupérer, entre autres, des documents classifiés relatifs aux armes nucléaires.

“J’ai personnellement approuvé la décision de demander un mandat de perquisition”, a déclaré Merrick Garland lors d’une conférence de presse jeudi, peu après avoir demandé à un juge de desceller le mandat pour le rendre public.

Le ministère a fait l’objet de vives critiques dans le milieu républicain après la perquisition effectuée au début de la semaine par le FBI dans la luxueuse propriété de Donald Trump en Floride.

Le mandat de perquisition a été approuvé par le tribunal le 5 août, trois jours avant la descente, indique le rapport.

En raison de “l’intérêt public substantiel pour cette affaire”, le ministère de la Justice a déposé une demande pour desceller le mandat après l’annonce publique de la perquisition par M. Trump, a déclaré M. Garland.

Le procureur général a également condamné les “attaques infondées” contre l’intégrité du ministère qui ont été dirigées contre ses agents après le raid du FBI.

“Je ne resterai pas silencieux lorsque leur intégrité est injustement attaquée”, a affirmé le procureur.

“Ils protègent le peuple américain contre les crimes violents, le terrorisme et d’autres menaces pour leur sécurité tout en préservant nos droits civils.”

L’ancien président a condamné cette descente de police, la décrivant comme une “militarisation du système judiciaire” et comme une action politiquement motivée de la part du président démocrate Joe Biden. Cependant, la Maison Blanche a déclaré que M. Biden n’avait pas été averti à l’avance de cette descente, précisant qu’il respectait l’indépendance du département.

Les républicains, qui se sont empressés de prendre la défense de l’ancien président, ont porté plainte contre le ministère de la Justice. Le chef de la minorité de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a menacé d’ouvrir une enquête sur le ministère si le parti républicain reprend le contrôle de la chambre basse du Congrès plus tard cette l’année.

S’adressant directement à Merrick Garland, il a déclaré : “Nettoyez vos documents et libérez votre calendrier”.

McCarthy a également menacé Garland de lui envoyer l’addition des préjudices subi par Trump dans sa propriété. Il a ajouté que le ministère de la Justice avait atteint un état intolérable de politisation militarisée.

Le directeur du FBI, Christopher Wray, avait précédemment dénoncé les menaces “déplorables et dangereuses” proférées par les partisans de Donald Trump à l’encontre des forces de l’ordre.

Christopher Wray a refusé de commenter le raid mercredi lors d’une conférence de presse à Omaha, dans le Nebraska.

Les agents du FBI ont également saisi le téléphone de Scott Perry, un allié de Trump, selon le député républicain. Scott Perry n’a pas révélé la raison pour laquelle l’appareil a été confisqué.

De son côté, Donald Trump s’est exprimé jeudi sur son réseau social Truth Social, indiquant que ses avocats coopéraient « pleinement » avec les autorités quand « soudain et sans prévenir, Mar-a-Lago a été perquisitionné, à 06 h 30 du matin, par un TRES grand nombre d’agents ».

Il s’est notamment plaint du fait que les agents du FBI aient « fouillé les placards de la Première dame et cherché dans ses vêtements et ses effets personnels », les laissant dans « un désordre relatif ».
Mercredi, l’ancien président a suggéré que lors de cette opération, les agents avaient pu avoir introduit dans sa résidence des preuves le condamnant.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button