Analyse politiqueFranceLes Frères musulmansMonde

Des gouvernements européens accusés d’avoir versé près de 80 millions d’euros à des groupes liés aux Frères musulmans

Des groupes liés aux Frères musulmans ont perçu près de 80 millions d’euros de fonds de la part de plusieurs gouvernements européens au cours des dix dernières années, selon un rapport.

Selon le dernier rapport du Global Influence Operation Report (GIOR), 79 551 732 euros de financement ont été accordés depuis 2004 par l’Union européenne, le Conseil de l’Europe et divers gouvernements, à des groupes ayant des liens déclarés avec les Frères musulmans.

“Les menaces que la Confrérie internationale des Frères musulmans fait peser sur la société civile européenne incluent l’entrave à l’intégration des minorités, l’incitation aux conflits entre groupes ethniques, la promotion de la haine et l’incubation du terrorisme”, indique le rapport.

“Tracer et identifier les sources de financement des Frères musulmans est l’une des tâches les plus difficiles pour les analystes. Néanmoins, les recherches de GIOR sur les Frères musulmans ont permis d’identifier une variété de sources de financement, parmi lesquelles les gouvernements européens.”

Un incident cité dans le rapport indique que la Commission européenne a accordé plus de 53 000 euros à une organisation belge partenaire du Collectif contre l’islamophobie en France.

L’organisation caritative a été contrainte de fermer ses portes avant que le gouvernement français ne décide de la dissoudre en 2020, après avoir été accusée d’implication dans une campagne sur les réseaux sociaux contre un professeur d’histoire français, assassiné pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet.

Le rapport a démontré que l’organisation caritative était liée aux Frères musulmans et aux petits-fils de son fondateur, Tariq et Hani Ramadan. Elle a été qualifiée de “pharmacie islamiste” et d'”ennemi de la République” par le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

Le Secours islamique a reçu plus de 33,7 millions d’euros de l’UE entre 2007 et 2020, selon la base de données du Système de Transparence Financière de l’UE utilisée dans l’étude.

Le gouvernement allemand a précédemment déclaré qu’il existait des “liens personnels importants” entre le Secours islamique allemand et les Frères musulmans et a mis fin à sa subvention.

L’année dernière, la vice-présidente du Parlement européen, Nicola Beer, a écrit à la Commission européenne et a déclaré qu’il était inacceptable que le Secours islamique reçoive des fonds s’il a des liens avec les Frères musulmans.

“Les fonds européens ne doivent pas tomber entre les mains d’organisations qui sont responsables d’antisémitisme ou d’autres formes de haine”, a-t-elle déclaré.

Les États-Unis et les Pays-Bas ont également cessé de financer l’organisation caritative.

Le Secours islamique nie avoir des liens avec les Frères musulmans.

Le député européen Tomas Zdechovsky a qualifié de “ridicule” le financement accordé aux groupes liés aux Frères musulmans.

“Les menaces de l’islamisme non violent posées par les Frères musulmans et les organisations associées sont, de manière presque punitive, négligées et sous-estimées en Europe”, a-t-il dénoncé au Brussels Morning Newspaper.

“L’objectif des Frères musulmans n’est rien moins que de saper et de détruire la démocratie occidentale. Cela dit, les Frères musulmans et les organisations associées bénéficient toujours d’un soutien financier important provenant de ressources publiques, et facilitent la mise en place d’une plateforme destinée à influencer l’opinion publique en Europe.

“Les études et les associations culturelles islamistes sont aidées à tous les niveaux de gouvernance en Europe. Les États membres envoient des dons de plusieurs millions d’euros à des organisations comme le Secours islamique, qui, bien qu’impliqué dans des activités caritatives, a toujours un programme islamiste et des opinions antisémites.

Il a ajouté que les organisations qui cherchent à “détruire notre liberté” ne devraient pas être soutenues.

“Fournir un soutien financier et faciliter l’exposition publique aux organisations influencées par les Frères musulmans au niveau de l’UE et à tous les niveaux inférieurs de gouvernance, est une quête européenne absurde mais sûre vers l’autodestruction”, a déclaré M. Zdechovsky.

“Affecter des fonds européens à des personnes qui veulent détruire notre liberté est ridicule. Nous ne pouvons plus ignorer ce danger car l’avenir de la liberté est en jeu dans toute l’Europe.”

En octobre dernier, le rapport “Network of Networks : Les Frères musulmans en Europe”, a dépeint le financement par l’UE d’organisations liées au groupe, et a indiqué que le niveau d’éducation des législateurs et des bureaucrates concernant les Frères musulmans devait être relevé.

L’eurodéputé Charlie Weimers a affirmé que les conclusions du rapport étaient “inquiétantes” et a appelé la Commission européenne de cesser de financer ces groupes.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button