Analyse politiqueÉlections américainesLes Frères musulmansMondeQatarRegions

Le Qatar, allié clé des États-Unis, fait face à de nouvelles accusations de financement du terrorisme

Le Qatar, allié clé des États-Unis dans le golfe Persique, fait l’objet d’un examen approfondi de ses liens financiers présumés avec le terrorisme dans le cadre d’un procès intenté par les proches d’un journaliste américain assassiné, et d’une enquête fédérale distincte sur un membre de la famille royale qatarie.

La famille de Steven Sotloff a affirmé le 13 mai 2022 dans un procès fédéral que des institutions qataries de premier plan avaient versé 800 000 dollars à un “juge” de l’État islamique qui a ordonné le meurtre de Sotloff et d’un autre journaliste américain, James Foley. Les deux hommes ont été décapités en Syrie en 2014. Leurs meurtres ont été filmés et publiés dans de sinistres vidéos de propagande.

“Nous voulons faire tout ce que nous pouvons pour nous assurer qu’aucune autre famille n’ait à subir ce que nous avons subi”, a déclaré la famille Sotloff dans un communiqué.

Par ailleurs, les procureurs fédéraux ont enquêté sur les liens potentiels entre les groupes terroristes et Khalid ben Hamad Al-Thani, le demi-frère de l’émir du Qatar au pouvoir, selon des documents examinés par l’Associated Press et des entretiens avec deux personnes proches de l’enquête.

Une enquête du grand jury, menée dans le district sud de New York, s’est concentrée en partie sur la question de savoir si Khalid Al Thani a fourni de l’argent et des fournitures à Al Nusra, la branche d’Al-Qaïda en Syrie, ont déclaré les deux personnes, qui ont parlé sous couvert d’anonymat car ils n’étaient pas autorisés à discuter publiquement du sujet.

Le Qatar entretient des relations solides avec l’administration Biden. Le pays le plus riche du monde par habitant a joué un rôle clé dans les évacuations d’Afghanistan et ses énormes approvisionnements en gaz naturel pourraient aider à soutenir les marchés européens de l’énergie au milieu de la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Le Qatar pourrait également jouer un rôle majeur dans la tentative du président Joe Biden de relancer l’accord nucléaire avec l’Iran.

L’ambassade du Qatar a déclaré avoir besoin de plus d’informations avant de pouvoir commenter l’enquête et n’a pas immédiatement commenté le procès.

Plus tôt cette année, Joe Biden a désigné le Qatar comme un allié non membre de l’OTAN, une décision qui pourrait s’avérer utile dans le cadre des efforts du pays pour obtenir l’approbation des États-Unis pour une vente de plus de 500 millions de dollars de drones MQ-9 Reaper. Le Qatar abrite la plus grande base de l’US Air Force dans le Golfe.

“Le Qatar est un bon ami et un partenaire fiable”, a déclaré Biden en janvier alors qu’il accueillait à la Maison Blanche l’émir du Qatar, Tamim ben Hamad Al-Thani.

Mais le Qatar, qui a été l’un des plus fervents soutiens internationaux de la rébellion contre le président syrien Bashar el-Assad, a longtemps fait l’objet de critiques de la part de certains responsables américains pour avoir autorisé ou encouragé le financement de groupes extrémistes en Syrie, ainsi que pour son soutien direct et indirect aux Frères musulmans et au Hamas.

Le Qatar a déclaré qu’il condamnait le terrorisme, mais les responsables ont également admis que les efforts du pays avaient peut-être aidé les mauvaises personnes.

“Écoutez, en Syrie, tout le monde a fait des erreurs, y compris votre pays”, a déclaré Hamad ben Jassim Al-Thani, ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, dans une interview en 2017 avec le journaliste américain Charlie Rose. Il a ajouté que le Qatar n’avait jamais intentionnellement financé des groupes extrémistes en Syrie et avait coupé le financement à toute organisation soupçonnée d’avoir un autre “agenda”.

Les avocats de la famille Sotloff ont déclaré dans le procès que les responsables qatariens “savaient ou ignoraient imprudemment” le fait que les terroristes de l’État islamique qu’ils auraient financés cibleraient des Américains pour enlèvement, torture et meurtre.

Les pays étrangers et les représentants de gouvernements ne peuvent généralement pas être poursuivis devant les tribunaux américains. Mais la loi antiterroriste américaine permet aux victimes du terrorisme de demander des dommages-intérêts à des entités privées liées aux gouvernements. Les accusés du procès Sotloff, Qatar Charity et Qatar National Bank, auraient sciemment facilité le financement de groupes terroristes.

Plus précisément, le procès indique que l’organisme de bienfaisance et la banque ont fourni 800 000 dollars à Fadel al Salim, que ce dernier aurait introduits en contrebande en Syrie depuis la Turquie, puis utilisés pour former une “brigade de combattants de l’État islamique” et devenir un “juge de la charia”.

La plainte de Sotloff a indiqué que Fadel al Salim avait signé le “verdict de rétribution légale” ordonnant la mort de Foley et Sotloff et a dirigé un convoi qui a transporté les deux hommes d’une prison située à Raqqa, en Syrie, vers la ville où ils ont été tués.

Les représentants de Qatar Charity et de Qatar National Bank n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Le lieu où se trouve actuellement Fadel al Salim est inconnu. Mais les procureurs américains ont fait des progrès significatifs dans des affaires pénales distinctes contre deux des militants britanniques de l’État islamique responsables du meurtre de Sotloff et de trois autres otages américains.

Alexanda Kotey a récemment été condamnée par un tribunal fédéral d’Alexandria, en Virginie, à la prison à vie. El Shafee Elsheikh, qui a été reconnu coupable lors d’un procès devant jury en avril, risque également la réclusion à perpétuité lors de sa condamnation en août.

Kotey et Elsheikh faisaient partie d’une cellule de militants britanniques connus par leurs ravisseurs sous le nom de “Beatles” en raison de leur accent. Ils ont été capturés en Syrie en 2018 et transférés aux États-Unis en 2020 pour des poursuites pénales après que le procureur général William Barr a accepté de retirer la peine de mort de la table.

Un autre militant, Mohammed Emwazi, connu sous le nom de “Jihadi John”, a été tué lors d’une frappe de drones américains en 2015 et un quatrième a été arrêté en Turquie.

Sotloff, Foley et Peter Kassig ont été décapités et filmés dans le cadre de vidéos de propagande diffusées par l’Etat islamique en 2014, tandis que Kayla Mueller a été torturée et violée par le chef de l’État islamique Abou Bakr Al-Baghdadi avant d’être tuée. La prise d’otages a également entraîné le meurtre de captifs britanniques et japonais, selon des responsables.

“Nous sommes à jamais brisés par la perte de notre fils bien-aimé et définis comme les gens d’un film d’horreur”, a déclaré la mère, Shirley Sotloff, lors de l’audience destinée à déterminer la peine de Kotey.

Le procès Sotloff, déposé à West Palm Beach, en Floride, ne révèle pas comment les informations contenues dans la plainte ont été obtenues, mais il dispose d’un niveau élevé de détails, comme un numéro de compte bancaire spécifique, les passages d’une déclaration manuscrite accusant réception de paiements et de dossiers judiciaires de l’État islamique.

Le procès présume également que des membres de la famille royale qatarie et des responsables gouvernementaux ont travaillé avec les Frères musulmans et les services de renseignement turcs pour financer des groupes extrémistes en Syrie dans le but de saper le régime de Bachar el-Assad.

Des allégations similaires concernant d’éminents Qataris qui financent des groupes terroristes ont été faites dans deux procès en cours intentés à Londres par des réfugiés syriens.

Ben Emmerson, un avocat basé à Londres qui représente les réfugiés, a déclaré qu’il existe des preuves évidentes que les responsables américains ont choisi de fermer les yeux sur le financement du terrorisme par le Qatar en Syrie parce que les États-Unis ont besoin de l’aide du Qatar dans d’autres domaines.

L’un des procès de Londres allègue que les membres du conseil d’administration de la Qatar National Bank ont effectué des paiements hawala – un système de transfert d’argent informel – directement à Al Nusra, la branche d’Al-Qaïda en Syrie. Selon le procès, ceux-ci incluent des transferts effectués par le demi-frère de l’émir, Khalid Al Thani, qui a précédemment siégé au conseil d’administration de la Qatar National Bank.

On ignore si ces paiements font partie de l’enquête du grand jury, qui a au moins un an, impliquant Khalid Al-Thani. Les procureurs du district sud de New York ont refusé de commenter.

Par Alan Suderman, traduit de l’anglais par F. Haythem

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button