Analyse politiqueMondeRegions

Le Hamas demande le soutien de la Russie contre l’Etat d’Israël

Une délégation du Hamas s’est rendue le 4 mai à Moscou, où elle s’est entretenue avec des responsables russes dans la maison d’hôtes du ministère russe des Affaires étrangères. Les pourparlers ont pris fin le lendemain.

Cette visite a eu lieu au moment sensible où les relations entre la Russie et Israël se sont détériorées en raison de la position israélienne dans la guerre russo-ukrainienne.

La délégation du Hamas était dirigée par Moussa Abou Marzouk, le chef du bureau des relations internationales du mouvement, et comptait des membres du bureau politique du Hamas, parmi lesquels Fathi Hammad et Hussam Badran.

Les relations entre Moscou et Tel-Aviv ont pris une mauvaise tournure après la condamnation de l’attaque russe contre l’Ukraine par Israël, qui l’a considérée comme une “violation évidente de l’ordre international”.

Dans une déclaration publiée le 15 avril par Russia Today, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré qu’Israël tentait “d’exploiter la situation autour de l’Ukraine pour détourner l’attention de la communauté internationale du conflit israélo-palestinien, qui est l’un des plus anciens conflits non résolus”.

Le 4 mai, le président israélien Isaac Herzog a exigé que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, s’excuse pour ses propos au sujet des origines juives du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et de son lien avec le nazisme, ainsi que pour son affirmation selon laquelle “Hitler avait du sang juif”.

Les déclarations de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, lors d’une interview accordée à Radio Spoutnik le 4 mai, ont exacerbé la tension qui règne entre les deux pays. Maria Zakharova avait déclaré que des “mercenaires israéliens” combattaient en Ukraine aux côtés du bataillon Azov, considéré comme l’un des adversaires les plus virulents de l’armée russe.

Après avoir rencontré les responsables russes, Abou Marzouk a déclaré à Al-Mayadeen TV le 5 mai : “De nouvelles équations sont imposées aujourd’hui dans le système mondial, et il y a une opportunité de changer le statu quo dans le système mondial au profit des opprimés dans le monde.” Il a ajouté que ce changement impacterait l’avenir d’Israël.

Une source importante du Hamas ayant fait partie de la délégation en visite à Moscou a déclaré à Al-Monitor que cette visite était “unique et exceptionnelle” en termes de qualité des membres de la délégation et de sujets abordés avec les responsables russes.

La source a rapporté que la délégation a rencontré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhail Bogdanov, ainsi que d’autres membres du Conseil et du Sénat de la Fédération de Russie, et que les discussions ont porté sur les agressions israéliennes contre les lieux saints chrétiens et musulmans de Jérusalem.

“Les pourparlers avec les responsables russes, cependant, étaient plus axés sur le développement du soutien russe aux Palestiniens, la manière de porter les relations entre le Hamas et Moscou à un niveau supérieur, et briser le siège israélien imposé à la bande de Gaza depuis 2007”, a-t-elle ajouté.

Yahya Sinwar, le chef du Hamas dans la bande de Gaza a annoncé le 30 avril que la ligne maritime destinée à briser le siège israélien imposé à la bande de Gaza sera inaugurée dans la période à venir en coordination avec “l’axe de Jérusalem”, en référence à l’Iran et au Hezbollah, un axe qui partage des intérêts avec Moscou dans plusieurs dossiers internationaux, notamment le conflit syrien.

La délégation du Hamas a également rencontré le chef du Conseil de l’Iftaa en Russie, le Cheikh Rawi Ein al-Dein, qui a exprimé le soutien des musulmans de Russie envers les Palestiniens dans leur conflit avec Israël, déclarant qu’ils (les musulmans russes) fourniraient toute assistance éventuelle aux Palestiniens, selon la source du Hamas.

Toujours selon la même source, la délégation du Hamas a également rencontré le chef de la République tchétchène, Ramzan Kadyrov, à Moscou, pour jeter les bases des furfures relations entre le Hamas et Grozny, la capitale de la Tchétchénie.

Concernant l’évolution des relations entre Moscou et le Hamas à la suite de cette visite, la source du Hamas a déclaré : “Il est prématuré de parler de la nature de cette relation mais les choses sont très positives, et cette visite sera répétée le mois prochain et sera suivie par d’autres.” Elle a ajouté que Moscou “adopte une position plus avancée dans la défense des intérêts palestiniens”.

Walid al-Mudallal, professeur de sciences politiques à l’Université islamique de Gaza, a déclaré à Al-Monitor : “Moscou est très intéressé par le développement de nouveaux outils pour influencer ses opposants occidentaux au sujet de la crise russo-ukrainienne”.

“Pendant ce temps, le Hamas doit renforcer ses relations et développer sa coopération avec Moscou en tant que superpuissance mondiale. Il trouve dans la crise russo-ukrainienne une occasion idéale pour le faire. Des relations amicales entre Moscou et le Hamas profiteront aux deux parties”, a-t-il ajouté.

Walid al-Mudallal a affirmé que la tendance de Moscou à développer des relations avec le Hamas pourrait inciter Tel-Aviv à changer sa position envers la guerre contre l’Ukraine.

Le professeur a estimé qu’il était peu probable que les relations entre Moscou et le Hamas se développent au point ou Moscou déciderait de fournir des armes et de l’argent au Hamas : “Un tel soutien peut se faire de manière indirecte, par l’intermédiaire de l’Iran et du Hezbollah, qui ont forgé une alliance avec Moscou face aux États-Unis dans de nombreux dossiers internationaux, notamment le dossier syrien.”

Les Brigades Izz ad-Din Al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont annoncé le 19 avril avoir utilisé pour la première fois les missiles anti-aériens soviétiques Strela pour repousser les frappes militaires israéliennes.

Ibrahim Abou Jaber, directeur du Centre d’études contemporaines de la ville d’Umm al-Fahm, dans le nord d’Israël, a déclaré à Al-Monitor que “Tel Aviv est préoccupé par cette visite”. Il a noté que tout ébranlement dans les relations entre la Russie et Israël serait exploité par les Palestiniens.

Le Hamas a récemment intensifié sa campagne d’incitation contre Israël et encouragé la mise en œuvre d’opérations contre des cibles israéliennes en réponse à l’escalade de l’armée israélienne à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem.

Le 2 mai, le Hamas a revendiqué la fusillade du 28 avril à l’entrée de la colonie d’Ariel près de Salfit dans le nord de la Cisjordanie, qui a tué un garde de sécurité israélien.

Source : Al-Monitor

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button