Les Frères musulmansMonde

Tunisie : Les anciens membres d’Ennahda annoncent la création d’un nouveau parti politique

Après les multiples conflits qui ont fait voler en éclats le parti islamiste tunisien Ennahda, les anciens membres du mouvement ont exprimé leur intention de créer un nouveau parti politique.

Les divergences se sont multipliées entre les deux clans du parti Ennahda. L’un est resté fidèle à son président, Rashid Ghannouchi, qui a été ces dernières année à la tête du parlement gelé par le président tunisien Kais Saied en juillet 2021, avant de le dissoudre après la tenue du réunion virtuelle par des députés. L’autre clan en revanche, exige que Ghannouchi ne se représente plus aux élections de président du parti.

Les mesures exceptionnelles du 25 juillet 2021 ont aggravé les désaccords au sein du parti qui peine à survivre, pendant que les partisans incitent le mouvement à adopter une nouvelle vision politique et à rompre avec l’héritage de Ghannouchi, qui a dirigé Ennahda depuis sa création en 1972.

L’ancien responsable du mouvement Ennahda, Abdellatif Al-Makki, a annoncé dimanche sur sa page Facebook officielle, qu’un groupe de membres démissionnaires du mouvement a l’intention de créer un nouveau parti politique dans les prochains jours, au cours desquels “le dossier juridique sera soumis aux autorités concernées afin d’obtenir une autorisation”.

Il a indiqué que la séance prévue prochainement pour fonder le nouveau parti est “l’aboutissement de mois de discussion et de travail au sein des comités fondateurs pour cristalliser un nouveau projet de parti politique, compte tenu de l’avancement concret des travaux de ces comités”.

L’ancien responsable d’Ennahda a déclaré que ces efforts sont “basés sur l’apprentissage des leçons du passé ainsi que sur les faits et les perspectives d’avenir”.

Al-Makki était précédemment ministre de la Santé. Il fait partie du groupe des 100 personnes qui ont présenté une démission collective du parti en septembre 2021, en protestation contre ce qu’ils avaient qualifié “d’échec de la bataille pour la réforme interne du parti”. Parmi les plus hauts responsables faisant partie des démissionnaires figurent également Samir Dilo, Mohamed ben Salem et Tawfik al-Saidi.

Al-Makki a ajouté dimanche dans sa publication que l’un des motifs de la création d’un nouveau parti est “notre croyance en notre rôle national dans la construction de la Tunisie moderne sur la base de l’appartenance nationale authentique, de la démocratie et de la justice sociale, en commençant par contribuer à sortir le pays de la crise politique et du sauvetage économique.”

Il n’a toutefois donné aucun détail sur les participants à la création de ce parti dont le nom n’a pas été révélé non plus.

Cent-treize membres du mouvement Ennahda, dont des dirigeants centraux et régionaux, des membres du Conseil de la Choura et des membres de l’ancien parlement, ont annoncé leur démission du parti dans un communiqué commun, énumérant les raisons de leur retrait.

Noureddine Mbarki avait à l’époque déclaré que les démissionnaires attribuaient leur décision aux “mauvais choix politiques de la direction du mouvement Ennahda”, qui ont conduit à “son isolement et à son incapacité à s’engager activement dans un quelconque front commun pour résister à la menace autoritaire imminente”, en référence aux mesures exceptionnelles annoncées à la même période par le président Kais Saied.

La démission collective a été provoquée par des divergences concernant la composition du nouveau bureau exécutif, qui a été présentée à une réunion du Conseil de la Choura pour approbation durant cette période. Les dissidents ont estimé que la nouvelle composition du Bureau exécutif n’est pas en phase avec la nouvelle étape politique qui a suivi les mesures exceptionnelles annoncées par le président tunisien, et qui requiert de nouveaux visages aux postes de direction et le retrait des dirigeants qui sont considérés comme “une partie de la crise”.

La direction du mouvement Ennahda a rejeté ces accusations, indiquant que les décisions prises au sein du parti sont “démocratiques”.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button