MondeRegionsTurquie

Mouvements militaires turcs dans le nord de la Syrie

Des mouvements militaires turcs ont été observés ces derniers jours dans le nord de la Syrie, et des avertissements ont été lancés par Ankara concernant une nouvelle campagne militaire pour combattre les Unités de protection du peuple (YPG) dominées par les Kurdes en Syrie. Dans ce contexte, le ministère turc de la Défense dirigé par Hulusi Akar a effectué une tournée d’inspection à la frontière syro-turque.

Hulusi Akar a promis que son pays maintiendrait la présence de ses forces armées dans la province d’Idlib située dans le nord-ouest de la Syrie, et de ses bases militaires réparties dans toute la province, avertissant que la Turquie n’a aucune intention de retirer ses éléments stationnés dans cette région.

Cette tournée a été porteuse de messages importants que les Turcs ont souhaité faire passer. Selon un communiqué du ministère turc de la Défense publié par l’agence officielle “Anatolie”, la délégation militaire a tenu une réunion avec les commandants des unités et la direction du secteur de l’opération “Spring Shield” à la frontière, pour discuter des activités qui seront mises en œuvre. Le communiqué n’a pas révélé la nature de ces futures activités.

Il convient de noter que l’opération Spring Shield était une opération militaire transfrontalière turque menée à l’intérieur du territoire syrien. Elle a été lancée par les forces armées turques et les factions qui lui sont affiliées en réponse à l’attaque des forces armées syriennes soutenues par l’Iran et la Russie, contre le gouvernorat d’Idlib le 27 février 2020, qui a fait 36 morts parmi les soldats turcs.

Le ministère turc de la Défense a annoncé la mise en œuvre d’opérations militaires de contre-attaque en réponse à la frappe de jeudi dernier contre la ville d’Afrin, au nord-ouest de la Syrie, sous contrôle turc, qui a fait une douzaine de victimes civiles.

Ankara semble prête à lancer une opération offensive de grande envergure pour étendre son contrôle dans le nord de la Syrie, et éloigner les forces kurdes qui contrôlent le nord-est de la Syrie des frontières sud de la Turquie. Ankara les accuse d’être liées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène depuis des décennies une guerre contre la Turquie dans le but de faire acte de sécession dans les zones où la composante kurde se sent marginalisée.

L’armée turque est déployée en Syrie sur la base d’accords conclus avec la Russie et les États-Unis. Les régions sous contrôle turc sont divisées en deux zones principales, la première dans le nord-ouest, à côté de l’État turc de Hatay, et la seconde à Afrin, au centre du nord de la Syrie.

Le scénario d’une opération militaire turque dans le nord de la Syrie semble terrifier les Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui ont déjà perdu de nombreuses zones de contrôle lors des précédentes opérations militaires turques.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button