Analyse politiqueFranceMondeQatarRegions

France : Le voyage d’affaires d’Emmanuel Macron dans les 3 pétromonarchies du Golfe

Le 3 décembre, le président français Emmanuel Macron a entamé une visite de deux jours dans les pays du Golfe en commençant par les Émirats arabes unis, puis le Qatar et enfin le Royaume d’Arabie saoudite.

Début de la tournée aux Emirats

Aux Emirats Arabes Unis, Emmanuel Macron a rencontré le cheikh Mohammed ben Zayed, le prince héritier d’Abou Dhabi. Les deux parties ont affirmé leur engagement à soutenir les efforts visant à promouvoir la paix et la stabilité régionale et internationale. Les deux pays ont convenu que la voie politique et le maintien de la communication par le dialogue représentent toujours le meilleur moyen de parvenir à des solutions durables aux conflits.

Les deux parties ont également souligné la nécessité d’allier stabilité et prospérité pour parvenir à la paix et à la sécurité régionales. La France a confirmé le partenariat stratégique entre les deux parties en fournissant à l’UAE 80 avions de combat Rafale pour l’escadron de l’UAE Air Force, ainsi que 12 hélicoptères de Caracal H225, en garantissant la formation et les pièces de rechange. La valeur totale de ces contrats est de 16,6 milliards d’euros.

Réunion à Doha

L’émir du Qatar, Tamim ben Hamad Al Thani, a organisé une session officielle de négociations avec le président français Emmanuel Macron à l’Amiri Diwan à Doha, la capitale qatarie. Les deux parties ont discuté des relations d’amitié et de coopération entre les deux Etats et des moyens de les développer dans divers domaines, en particulier l’économie, l’investissement, la défense, la sécurité, l’éducation et le développement, d’une manière qui réponde aux intérêts mutuels des “deux pays amis”.

Selon l’Elysée, Macron a discuté avec l’émir du Qatar de la lutte contre le terrorisme et les financements des institutions islamiques en France, appelant à la nécessité de protéger le culte religieux de toute forme d’exploitation. Le président français a précisé que la coopération bilatérale a amélioré un certains nombre d’éléments dans ce domaine.

Macron a également évoqué les préparatifs de la Coupe du monde de football de 2022 au Qatar et la question du droit du travail, appelant à la poursuite du dialogue sur ce point précis, qui a déjà connu d’importantes réformes, notamment depuis les rapports publiés par les organisations non gouvernementales de défense des droits humains, qui ont massivement dénoncé la maltraitance des travailleurs au Qatar, en particulier sur les chantiers des stades qui accueilleront la Coupe du monde de 2022.

Macron au Royaume d’Arabie

L’Elysée a annoncé que la tournée du président français dans les pays du Golfe a porté sur de nombreux sujets, notamment les crises du Moyen-Orient, la lutte contre le terrorisme et les dossiers libanais et libyen, affirmant que Macron est le premier responsable occidental à rencontrer le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman depuis 2018. Lors de cette tournée, Macron était accompagné du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, de la ministre des Armées Florence Parly, ainsi que du ministre de la Culture, du ministre du Commerce extérieur et des présidents de grands groupes français.

Le Dr. Nidal Chaqir, professeur de communication stratégique et de relations gouvernementales, a déclaré que la visite du président français dans la région du Golfe intervient à un moment sensible, notamment à l’approche des élections françaises, expliquant que la visite du chef d’Etat aux Émirats arabes unis revêt un caractère exceptionnel, environ deux mois après avoir reçu le prince héritier d’Abou Dhabi en France.

Nidal Chaqir a précisé dans des déclarations télévisées, que le processus qui consiste à accepter de combattre la rhétorique extrémiste n’est pas nouveau pour la France et les Émirats arabes unis. Le modèle émirati est très important pour la France. Grâce au leadership des Émirats arabes unis dans la promotion de la paix dans le monde, la France considère Abou Dhabi comme un partenaire stratégique.

Le professeur a noté que les efforts militaires ne sont plus suffisants pour lutter contre le terrorisme, et que “nous avons besoin d’une nouvelle méthode pour répandre la tolérance face à l’idéologie extrémiste”, et c’est ce que proposent les Émirats arabes unis

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button