FranceIranMonde

Nucléaire iranien : “les propositions de Téhéran ne “constituent pas une base raisonnable” selon la diplomatie française

La France a déclaré aujourd’hui, mardi, que les propositions faites par l’Iran la semaine dernière au cours des pourparlers de Vienne visant à relancer l’accord de 2015 sur son programme nucléaire étaient insuffisantes.

“Les propositions présentées par l’Iran la semaine dernière ne constituent pas une base raisonnable et compatible avec l’objectif d’une conclusion rapide dans le respect des intérêts de tous”, a déclaré Anne-Claire Legendre, la porte-parole de la diplomatie française.

“Le temps presse car l’Iran poursuit son programme nucléaire sur une trajectoire extrêmement préoccupante” a poursuivi la porte-parole, ajoutant : “Cinq mois et demi après que l’Iran a interrompu les négociations, elles n’ont toujours pas réellement repris”.

Les négociations pour sauver l’accord sur le programme nucléaire iranien ont été relancées le 29 novembre après avoir été suspendues pendant une durée de 5 mois, mais elles se sont à nouveau arrêtées vendredi. Les parties à l’accord demandent plus de temps pour étudier les propositions de l’Iran.

Paris a souligné la nécessité de reprendre les discussions “rapidement”, appelant à fixer une date “démarrant cette semaine”.

L’accord de Vienne conclu en 2015 entre la République islamique d’Iran et les grandes puissances (États-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne et Royaume-Uni) a cessé d’exister depuis le retrait unilatéral des États-Unis en 2018 par l’ancien président américain Donald Trump, et la réimposition de lourdes sanctions, ce à quoi l’Iran a riposté en enfreignant progressivement toutes les restrictions imposées par l’accord.

L’accord proposait à Téhéran de lever une partie des sanctions qui entravaient son économie en échange d’une réduction significative de ses activités nucléaires, placées sous la surveillance de l’Organisation des Nations Unies.

Les négociations reprendront jeudi, a annoncé l’agence de presse iranienne Tasnim, selon laquelle la date a été arrêtée par Ali Bagheri, le négociateur iranien en déplacement à Moscou, et l’envoyé de l’Union européenne, Enrique Mora.

Selon le site de la télévision d’Etat iribnews, Ali Bagheri a déclaré : “J’ai jugé nécessaire à ce stade de consulter les autorités russes afin de poursuivre jeudi les pourparlers dans une atmosphère constructive et en avant.”

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button