FranceLes Frères musulmans

La communauté Tchétchène dans le viseur du gouvernement français

Les opérations préventives de sécurité sont l’une des mesures les plus importantes qui permettent aux autorités de contrôler les groupes terroristes et saper leurs opportunités de lancer des attaques. La France a de plus en plus recours à cette stratégie pour lutter contre les groupes radicaux, nombreux sur le territoire français.

Dans ce contexte, les autorités françaises ont annoncé mercredi 26 mai 2021 l’arrestation à Strasbourg de quatre jeunes âgées de 16 à 18 ans, accusés d’avoir planifié un attentat meurtrier. Les quatre suspects appartiennent tous à la communauté tchétchène.

Les autorités françaises n’ont révélé ni la nature ni le lieu de l’attaque planifiée. Cette opération de sécurité préventive s’inscrit dans le cadre des enquêtes menées par le parquet antiterroriste et sa stratégie visant à renforcer la surveillance de la communauté tchétchène, qui a permis le 27 avril l’arrestation de 8 personnes de la communauté soupçonnées d’entretenir des liens avec des groupes terroristes et d’être impliquées dans un réseau de transfert d’argent vers la Syrie.

Le meurtre sauvage du professeur d’histoire Samuel Paty le 16 octobre 2020 par un réfugié tchétchène de 18 ans a très certainement été un détonateur.

L’attentat contrecarrée et le réseau de financement suspect récemment découvert indiquent l’existence à l’intérieur du pays d’un réseau étendu de l’idéologie radicale qui cible de plus en plus les jeunes immigrés issus des minorités les plus en marges de la société, profitant de leur vulnérabilité émotionnelle pour leur offrir le sentiment d’appartenance qui leur fait défaut dans la société occidentale ou ils vivent.

Ces agissements ont non seulement contraint le gouvernement français à anticiper les arrestations de personnes impliquées dans la planification d’attentats ou dans des opérations de financement, mais aussi à renforcer le contrôle des associations culturelles et religieuses qui véhiculent de fausses croyances pour fédérer de jeunes marginaux autour d’une pensée extrémiste unique.

Le pays a déjà mis en œuvre ce type de mesures comme lorsqu’il a décidé de dissoudre le groupe Cheikh Yassine le 21 octobre 2020 et de d’arrêter son fondateur, Abdelhakim Sefrioui, accusé d’avoir lancé une “fatwa” qui a conduit à l’assassinat de Samuel Paty.

Cependant, bien que la Confrérie des Frères musulmans soit la maison mère de toutes les organisations terroristes, différentes institutions qui lui sont affilées restent actives dans le pays. La France abrite les institutions les plus importantes du groupe sur le continent européen. Parmi elles, “Musulmans de France”, anciennement connue sous le nom de “Union des organisations islamiques en France” (UOIF), et l’Institut européen des sciences humaines et sciences islamiques.

Les pays de l’Union européenne ont toujours souffert de carences dans leurs systèmes juridiques les empêchant de prévenir efficacement les opérations terroristes. De ce fait, depuis la série des attentats violents qui ont frappé la France fin 2020, le gouvernement français se base sur de nouvelles variables dans sa stratégie de lutte antiterroriste à l’intérieur de ses frontières.

La France s’est employée à mettre à jour ses lois et à créer de nouveaux articles qui permettent les opérations d’anticipation. Parmi ces réformes, le projet de loi confortant le respect des principes de la République à travers une “charte de principes de l’islam de France”, et le projet de loi antiterroriste présenté en avril qui vise à mieux surveiller les anciens détenus et repérer les cas isolés de radicalisation.

Les tensions se sont intensifiés en France depuis que le journal satirique “Charlie Hebdo” a décidé de republier les caricatures du prophète Mahomet, à l’occasion du procès des personnes impliquées dans l’attentat du 7 janvier 2015 contre le siège du journal.

Suite à la republication de ces caricatures, une autre attaque a ciblé l’ancien siège du journal le 25 septembre 2020, faisant deux blessés.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button