FranceLes Frères musulmansMondeRegions

Un journaliste français enlevé par des djihadistes d’al-Qaida au Mali

Olivier Dubois, un journalistes français, a indiqué dans une courte vidéo à la provenance indéterminée avoir été enlevé début avril au Mali par des djihadistes affiliés à l’organisation terroriste al-Qaida.

Olivier Dubois collabore avec plusieurs médias comme France24 et Libération pour qui il travaillait régulièrement depuis avril 2020. Le quotidien Libération n’a pas souhaité faire de commentaire sur cette affaire dans l’immédiat.

Dans la vidéo qui a beaucoup circulé aujourd’hui sur les réseaux sociaux, on voit Olivier Dubois assis par terre, jambes croisées, dans ce qui semble être une tente. Dans une brève déclaration d’une vingtaine de secondes, il a affirmé avoir été kidnappé le 8 avril dernier à Gao par le “GSIM” (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans), qui représente la principale alliance djihadiste au Sahel. Il s’est adressé à sa famille et à ses amis ainsi qu’aux autorités françaises “pour qu’elles fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour me faire libérer.”

Le journaliste était habillé en tenue traditionnelle rose clair. Sa barbe était bien taillée et il avait l’air calme malgré quelques mouvements qui trahissent une certaine anxiété.

La “disparition” du journaliste a été confirmée à l’Agence France Presse (AFP) par un responsable du ministère français des Affaires étrangères à Paris. “Nous confirmons la disparition au Mali de Monsieur Olivier Dubois. Nous sommes en contact avec sa famille ainsi qu’avec les autorités maliennes. Nous procédons aux vérifications techniques d’usage”, a t-il déclaré.

Ce n’est pas le premier incident du genre dans la région. Malgré l’interventions des forces françaises et africaines de l’ONU, le djihadisme ne cesse de progresser au Mali depuis 2012, menant le pays à une grave crise sécuritaire. Le djihad armé est responsable de milliers de morts dans le pays et de centaines de milliers de personnes déplacées.

En 2016, la franco-suisse Sophie Pétronin qui vivait à Gao ou elle a dirigé durant des années une association d’aide à l’enfance, y avait été kidnappée et retenue en otage pendant 4 ans. Elle a été libéré en octobre 2020 en même temps que Nicola Chiacchio et Pier Luigi Maccalli, deux otages italiens, et Soumaïla Cissé, un homme politique malien à présent décédé.

Depuis la libération de la septuagénaire franco-suisse, il n’y avait plus d’otages français dans le monde. Le Mali aurait libéré les quatre otages en échange d’une rançon et de la libération de 200 prisonniers dont des djihadises, mais le gouvernement malien n’a jamais confirmé cette information.

En janvier 2016, Béatrice Stöckli, une missionnaire évangélique, avait été enlevée à Tombouctou. En octobre 2020, les autorités suisses ont été informée que Béatrice avait été exécutée par le GSIM. Son corps n’a pu être retrouvé et formellement identifié qu’au mois de mars dernier.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button