FranceLes Frères musulmansMonde

La France exploite de nouvelles méthodes pour combattre la Confrérie des Frères musulmans

Le ministère français de l’Intérieur a renforcé ses mesures de prévention et de lutte contre l’extrémisme en utilisant des preuves confidentielles et des cartes interactives des foyers des Frères musulmans et de l’islam politique dans le monde, tout en œuvrant pour préserver les libertés religieuses. Il s’est également employé à renforcer les pouvoirs des organes de surveillance et à assouplir les obstacles juridiques à la fermeture des mosquées dont les imams prêchent la haine et la division.

Si des soupçons d’incitation à la haine et à la violence pèsent sur certains lieux de culte, le gouvernement français a le pouvoir de les fermer pendant une période de six mois, tout en permettant aux responsables de ces institutions de faire appel de la décision devant la justice. La France a récemment interdit de nombreuses associations religieuses coupables d’extrémisme ou de financements illégaux provenant de l’étranger. Plus de 25 mosquées appartenant à des associations religieuses ont été fermées au cours de l’année pour des motifs similaires.

Parallèlement aux efforts du gouvernement, l’Institut français de géopolitique “Global Watch Analysis”, qui rend des comptes aux décideurs politiques en France ainsi qu’à environ 4 millions d’abonnés, a élaboré et publié sur ses plateformes électroniques des cartes interactives des réseaux des Frères musulmans en Europe, notamment en France, en Belgique, au Royaume-Uni, en Suisse, en Allemagne et en Autriche, afin de rendre visible l’ensemble des organisations islamiques et des lieux de culte affiliés à la Confrérie des Frères musulmans, et de pouvoir identifier ceux qui appellent à l’extrémisme et à la haine.

Global Watch Analysis est un centre d’élite spécialisé dans l’analyse géostratégique, les questions sécuritaires et diplomatiques, la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, et la défense des principes de la laïcité et de la coexistence. Un groupe d’experts et d’hommes politiques français et occidentaux contribuent aux recherches et à la gestion de l’Institut.  

En France, un récent rapport soumis au Sénat a qualifié la Confrérie des Frères musulmans d’organisation dangereuse, dont les dirigeants doivent être interdits de séjour sur le territoire français. Le rapport suggère de lancer une campagne organisée pour combattre l’idéologie du groupe en restreignant le champ de ses activités, notamment en empêchant la diffusion en France d’œuvres qui prônent l’antisémitisme ou qui font la promotion du djihad islamique, comme les livres du théologien des Frères musulman, Yusuf al-Qaradawi.

La Confrérie contrôle plus de 150 mosquées en France, soit environ 12% des mosquées officiellement agréées, et plus de 600 associations religieuses qui lui sont affiliées. Le gouvernement français s’apprête à présenter au Parlement un projet de réforme de la loi sur l’immigration et les procédures d’expulsion des étrangers ayant commis des actes terroristes ou criminels.

Le ministère français de l’Economie et des Finances a lancé des investigations approfondies sur les sources de financement des associations religieuses et des mosquées qui font la promotion de “l’islam séparatiste”, notamment au sein des institutions affiliées aux Frères musulmans.

Par ailleurs, de nombreux écrivains et intellectuels français se sont exprimés contre la formation d’imams en France par la Confrérie, et ont mis en garde contre des sources de financement suspectes provenant de l’étranger.

Hakim el-Karoui, un essayiste français proche du gouvernement Macron, a mis en garde contre le danger des Frères musulmans pour la société française, à la lumière de la multiplication des opérations terroristes dans plusieurs pays européens, dont la France, qui a connu une hausse sensible du nombre d’attentats au cours de la dernière décennie.

A l’occasion d’un colloque organisé par l’Institut de recherches et d’études « Trends » sous le titre « La fraternité en France, réalité d’aujourd’hui et perspectives de demain », le consultant français a déclaré avoir « commencé à s’intéresser à l’analyse de l’extrémisme avec la multiplication des opérations terroristes dans son pays, essentiellement liées à l’extrémisme religieux ».

El-Karoui a souligné que la surveillance des institutions contrôlées par les Frères musulmans a clairement montré qu’elles sont devenues des “foyers du terrorisme et de l’idéologie extrémiste”, ajoutant que le véritable danger réside dans l’islam politique et l’exploitation de la religion à des fins criminelles.

« Il n’y a pas de problème avec l’islam comme religion, mais il y a un problème avec la minorité qui essaie d’utiliser l’islam en politique. La France n’est pas contre l’islam, et la laïcité n’est pas contre l’islam, mais le vrai danger est lié à l’islam politique et à l’exploitation de slogans religieux dans des crimes terroristes », a-t-il déclaré, notant que ce que font les Frères musulmans qui « portent atteinte à l’image de l’islam ».

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button